Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit
APNM GENDXXI
Retour
Alerte équité, le fantôme de la parité.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Alerte équité, le fantôme de la parité.

Par son discours prononcé le 29 novembre 2007, à la Grande arche de la Défense, Nicolas Sarkozy, alors président de la république, annonçait sa décision de rattacher dans le même ministère la police et la gendarmerie nationales.

Dans ce cadre, le chef de l’état demandait «au ministre de l’Intérieur et au ministre de la Défense de constituer un groupe de travail conjoint chargé de procéder à un état des lieux exhaustif des éléments statutaires, indiciaires, indemnitaires et annexes relatifs aux différentes catégories de personnels actifs des deux forces afin d’identifier les écarts et de faire toute proposition pour les gommer en respectant la dualité des statuts».

Où en sommes-nous après plus de 10 ans au sein du ministère de l’intérieur ?

Aujourd’hui, il est facile de constater que la parité, globale ou non, a disparu.

Si le budget prévisionnel de la gendarmerie pour 2021 semble plutôt positif, nous sommes une nouvelle fois, beaucoup plus dans l’affichage politique que dans de véritables avancées.

En premier lieu, il faut préciser que le budget annoncé inclus une mise en réserve qui, ramenée à la part variable du budget de la gendarmerie, compte pour près de 11 %.

Il faut comprendre que si l’on vous annonce 3000 véhicules c’est déjà 330 qui ne seront pas au rendez-vous en fin d’année.

La hausse de budget de l’automobile est forcement une bonne nouvelle mais il convient de préciser que les nouveaux véhicules électriques ne renforceront pas le parc de la gendarmerie, ils remplacent des véhicules existants et vieillissants.

Ils ne sont adaptés qu’à une version métropolitaine des déplacements.

Le retard pris ces dernières années était tel que « l’effort » consenti au titre du plan de relance ne fait qu’appliquer ce qui aurait dû être la norme…

Le 13 octobre 2020 le ministre de l’Intérieur a annoncé par communiqué de presse de nombreuses mesures pour la police nationale.

GendXXI constate que si le dialogue entre le ministère de l’Intérieur et les policiers est réel, celui entre le gouvernement et les représentants des gendarmes dépasse, à peine, celui de l’affichage. La réforme des retraites en est un exemple récent.

Il est particulièrement inquiétant que la réception des policiers par le président de la république, chef des armées, ait exclu ceux qui lui sont pourtant directement subordonnés. Le volet «pénal» ne concerne-t-il pas également les gendarmes ?

Une attaque aux tirs de mortiers contre la caserne Kellermann ne devrait-elle pas soulever la même indignation que celle contre un commissariat de police ?

Les Officiers de Police Judiciaire de la gendarmerie ne devraient-ils pas être reconnus comme aussi méritants que ceux de la police nationale ?

Les gendarmes mobiles ne devraient-ils pas mériter les mêmes indemnités que les CRS lorsqu’ils effectuent le même type de missions, et que dire des antennes GIGN ?

Les militaires du grade de gendarme ne semblent pas mériter une réforme de leur voie d’avancement pourtant promise aux gardiens de la paix contournant ainsi le principe de la parité «Queuille». Les sous-officiers de gendarmerie pourraient même franchir les grades moins vite qu’avant alors que les personnels de la police bénéficieraient à contrario d’un avancement plus rapide.

La gendarmerie serait-elle donc si négligeable ?

N’a-t-elle pas répondu «présente» dans les grands événements (ZAD, gilets jaunes, covid, catastrophe naturelle,…) ? Quel mépris !

La gendarmerie protège 50 % de la population dans une zone de compétence qui couvre 95 % du territoire.

Ces dernières années, la zone gendarmerie nationale (ZGN) a vu sa population croître d'un million d'habitants, soit les 2/3 de l'accroissement de la population française alors même que la Police Nationale phagocytait les augmentations d’effectifs.

Il est peut être moins médiatique de patrouiller au coeur de la forêt guyanaise que sur les champs Élysées.

Il est peut-être moins médiatique de sécuriser les ambassades et nos ressortissants à l'étranger que des boulevards bien pavés.

Il est moins médiatique de «répondre présent» que d’organiser son incapacité à gérer la délinquance.

Comment sommes-nous arrivés à cette différence de traitement malgré l’engagement quotidien de chaque gendarme ?

Le syndrome du "bon élève" qui ne se plaint pas de ses conditions de travail. La Gendarmerie fait le travail parfois au détriment de la vie de famille, de la santé et de la sécurité des militaires qui la composent.

Est-ce la défaillance d'une partie de nos grands chefs qui refusent de voir, de montrer, de parler d’une réalité, et de ne présenter la Gendarmerie que comme un modèle de réussite ? A quel prix ?

Dans un monde idéal, le monde politique valorise un système qui fonctionne et l’incite à se développer. Mais pas ici… Ici, on parle de mutualisation, de rationalisation, et on donne des moyens supplémentaires à un modèle qui ne fonctionne pas vouant à l’asphyxie l’autre institution qui subit une augmentation de sa population, amplifiée par la crise en cours.

En cette période de discussion du projet de loi de finance 2021, GendXXI souhaite que l'on prenne pleinement conscience de certains points concernant les gendarmes :

- rappelons aux dirigeants de la gendarmerie que les gendarmes ont besoin de leur courage, d’entendre leur voix, de se sentir soutenus et défendus. GendXXI défendra, pour sa part et de toutes ses forces, la condition des gendarmes.

- Rappelons au ministre de l'Intérieur et au gouvernement que les gendarmes font un travail de plus en plus exigeant dans des conditions de plus en plus difficiles. La parité avec la police nationale est un minimum et n'est pas négociable. Nous avons tous le souvenir des effets du déni du décrochage des gendarmes… Répondez présents !

- Aux gendarmes, vous avez tout notre soutien et notre pleine détermination à défendre leurs intérêts et ceux de votre famille.

Partout où l'égalité peut être appliquée, elle doit l'être. Admettre l'égalité en principe et la repousser en fait, c'est constituer l'agitation, c'est la perpétuer.

Citation de Émile de Girardin ; Les pensées et maximes (1867)

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Condition militaire MININT
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Communiqué sur les retraites

Communiqué sur les retraites

Dans un communiqué de presse daté du 08 avril 2019 certains syndicats de police s’inquiètent de...

14 avril 2019
HCECM revue annuelle 2014 de la condition militaire

HCECM revue annuelle 2014 de la condition militaire

Retrouvez le 8ème rapport annuel (Novembre 2014) de la condition militaire du haut Comité...

10 janvier 2015
Transformations de postes – La gestion dans l’opacité

Transformations de postes – La gestion dans l’opacité

Un plan de transformation de postes avait été initié pour la période 2012-2017, par la DGGN,...

11 février 2016
Quand un livre sème le trouble à la DGGN

Quand un livre sème le trouble à la DGGN

Dans un billet paru sur son blog institutionnel le 18/03/2016, le Général Denis FAVIER,...

20 mars 2016
Feuille de route sociale – GendXXI s’adresse au Président de la République

Feuille de route sociale – GendXXI s’adresse au Président de la République

Dans le contexte et les circonstances actuelles, face à l’engagement déterminé et total des...

29 mars 2016
Temps d’activité – La Commission Européenne donne suite à notre plainte

Temps d’activité – La Commission Européenne donne suite à notre plainte

Au mois de janvier 2016, après de nombreuses alertes, restées sans réponse concrète de la part...

10 avril 2016
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus