Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
APNM GENDXXI
Retour
Discours indigne du maire de COLOMBES

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Discours indigne du maire de COLOMBES

M. Patrick Chaimovitch, maire EELV récemment élu de Colombes a tenu lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, le 19 juillet, des propos outrageant à l’égard des forces de l’ordre :

Les policiers français, les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en œuvre la rafle du Vel d’Hiv et d’autres rafles après et ailleurs sont les ancêtres de ceux qui aujourd’hui avec le même zèle traquent les migrants, les sans-papiers”

Il assimile, dans un discours public, le travail des policiers et gendarmes français engagés dans la lutte contre l’immigration irrégulière, au traitement ignoble de recensement et de déportation des juifs sous l’occupation.

Il réaffirmera ses propos le lendemain en soulignant non sans fierté :

« un moment émouvant au cours duquel j'ai tenu à faire le lien entre la rafle du Vel d'Hiv et d'une part tous les génocides avant et après le nazisme ; d'autre part les migrants pourchassés partout en Europe parce qu'ils sont différents »

https://twitter.com/pchaimovitch/status/1285170938603081730?s=20

Selon l’élu il existe donc un lien formel, philosophique ou éthique, entre les forces de l’ordres de 1940 à 1945 et les policiers et gendarmes d’aujourd’hui. Le raisonnement ne peut être considéré que comme une injure publique. En effet, comment considérer que les buts et les moyens soient les mêmes? Comment considérer que les exactions commises à l’époque puissent avoir un lien avec l'état de droit que nous connaissons aujourd’hui? Les forces de l’ordre sont tributaires des polices publiques et des priorités définies par les pouvoirs publics mais leur action est soumise au contrôle du juge, en l’espèce administratif.

Devant l’indignation que ces propos ont générés, M. le maire rédige un communiqué dans lequel il regrette que ses propos aient « pu porter à confusion ». Aucune excuse formelle n’est exprimée, aucun remord.

« Lors de cette commémoration, j'ai longuement relaté les faits historiques.

J'ai évoqué l'importance d'exercer le devoir de mémoire.

Bien entendu, il n'y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d'un État démocratique d'une part, et police et gendarmerie de l'État pétainiste. Je regrette que mon propos ait pu porter à confusion avec la police et la gendarmerie républicaines car je suis un fervent partisan du respect de l'État de droit. Je veux rappeler mon soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles.

Jamais je ne dirai que le sort des migrants est comparable au sort des Juifs promis à l'extermination.

Jacques Chirac en 1995 a reconnu la responsabilité de l'État français et nous ne devons pas l'oublier. Comme je l'ai évoqué, le passé doit nous inciter à défendre l'État de droit et à être vigilant contre tous les bafouillements des droits humains »

https://www.colombes.fr/actualites-23/communique-du-maire-1607.html?cHash=3737097b46692f7375aed5d02147c309

Au delà du manque d’excuses publiques, l’absence totale de pédagogie autour du raisonnement de M. le maire est à souligner. Les propos ont porté à confusion, ont donc été mal interprété mais il s’abstient de toute explication sur ses intentions en désignant l’héritage des gendarmes sous l’occupation et le lien entre déportés et migrants. Un mépris qui ne dit pas son nom.

M. le maire adjoint à la mairie de Colombes, Alexis BACHELAY, s’est exprimé sur le plateau de BFMTV. Il revient sur le contenu du communiqué évoquant le souhait d’apaisement du maire.

« Après effectivement il y a deux types d’attitudes : soit effectivement on fait comme si on avait pas lu son communiqué(…), combien d’hommes politiques qui commettent des déclarations maladroites ou inappropriées s’excusent? Pas beaucoup, pas tant que çà. Donc lui, c’est un nouveau maire, il est élu depuis quelques semaines, il a pris ses responsabilités, il a compris l’émotion suscitée par son discours et il souhaite être dans l’apaisement. Après ça renvoie à la déclaration de Gérald Darmanin. De deux choses l’une, soit le gouvernement est dans le dialogue, l’apaisement, soit effectivement on fait comme si il n’avait pas fait amende honorable ».

M. le maire de Colombe ne s’est pas excusé, il n’a pas fait amende honorable. Il nie tout propos déplacé en regrettant des « confusions ». Le problème ne serait donc pas la teneur de son discours mais la perception erronée que nous en avons. Par la voix de son adjoint, il réfute même l’opportunité des poursuites au prétexte qu’il est dans l’apaisement. Cette attitude, banale pour n’importe quel enquêteur, est un poncif des mis en cause qui cherchent à minimiser l’impact de leur fautes, à reporter l’origine de celles-ci sur les autres, et ainsi à se soustraire à leurs responsabilités.

M. le maire n’a pas respecté les forces de l’ordre dans son discours, faisant des amalgames douteux et dangereux. M. le maire n’a pas respecté les forces de l’ordre en refusant de présenter des excuses publiques. Nous rappelions, il y a quelque jours, l’importance des notions de respect et d’exemplarité dans une série de tweets :

« Nous l’évoquions sur CNEWS, le respect est une valeur fondamentale. Le mépris, par tout un chacun, de ce principe élémentaire entraîne la déliquescence progressive de notre société. Respect des lois, des personnes de tous, pour tous. »

« L’exemplarité des politiques est aussi essentielle que celle des forces de l’ordre, cette exemplarité est une condition fondamentale de l’autorité. Respect, exemplarité, autorité. Des valeurs qui ont leur place dans le débat public. Aujourd’hui plus que jamais »

GendXXI regrette l’attitude de M. Chaimovitch. Nous nous félicitons de la plainte déposée par le Ministre de l’intérieur et nous ne doutons pas que la justice trouvera une réponse adaptée.

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Assemblée Générale 2021

Assemblée Générale 2021

L'Assemblée Générale 2021 se tiendra le Samedi 20 Novembre 2021 en visioconférence.Elle est...

9 octobre 2021
La DETT s'applique bien aux militaires.

La DETT s'applique bien aux militaires.

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a publié son arrêt concernant l’affaire...

19 juillet 2021
Tribune des militaires, l’uniforme à l’épreuve du débat public.

Tribune des militaires, l’uniforme à l’épreuve du débat public.

Deux tribunes de militaires s’invitent dans le débat public sur la sécurité intérieure.La...

18 mai 2021
Rencontre avec Mme Pauline CABY, adjointe à la Défenseure des droits.

Rencontre avec Mme Pauline CABY, adjointe à la Défenseure des droits.

Le Mercredi 7 avril 2021, une délégation de GendXXI a été reçue par Mme Pauline CABY, adjointe à...

8 avril 2021
Ignorance hiérarchique : les origines du mal être

Ignorance hiérarchique : les origines du mal être

Les faits sont têtus.Pour la quatrième fois consécutive, la justice vient de confirmer la...

24 mars 2021
L'ENCADREMENT

L'ENCADREMENT

GendXXI ne participe pas officiellement au Beauvau de la Sécurité. Pour autant, nous ne...

22 février 2021