Vers la fin des quartiers libres ?

Depuis de nombreux mois, la direction générale de la Gendarmerie Nationale porte sa réflexion sur les adaptations nécessaires à l’accompagnement de la mise en oeuvre de la directive temps de travail (DTT). En effet, l’impact de la disposition européenne sur le mode de fonctionnement de l’institution est notable et nécessite de simplifier et de rationaliser l’emploi des militaires qui la composent.

La mise en œuvre des RPJ, par le biais de la 36132, est un des éléments qui a entrainé cette réflexion.

Il apparait, au regard des informations portées à notre connaissance, que la direction souhaite réviser le fondement des quartiers libres (QL). Si les pistes actuellement explorées ne semblent pas encore définitives, l’hypothèse privilégiée tend à rapprocher les QL des RPJ pour n’en faire qu’un seul et même temps. Ces travaux, menés en huis clos par un groupe de travail, sont à l’opposé des avis exprimés par le CFMG lui-même qui n’a pas souhaité apporter de modification à la 42.000. Cette « réforme » est-elle synonyme de la fin des quartiers libres tels que nous les connaissons ?

Le risque est plus important qu’une simple modification de champ sémantique, il fragilise l’existant. GendXXI s’inquiète que la directive temps de travail soit ainsi instrumentalisée pour remettre en question un dispositif dont les récentes évolutions ont permis de renforcer son encadrement (planification, modification, récupération). Le quartier libre tel qu’il est actuellement défini, bien que perfectible, constitue une opportunité pour les militaires de l’arme de pouvoir bénéficier de soirées où leur mobilité n’est pas restreinte. Un temps de socialisation, de repos, de liberté qu’il convient de sanctuariser.

A l’heure de poser un regard nouveau sur le temps de travail en gendarmerie, il est regrettable que le choix se porte sur la gestion du temps d’indisponibilité sans aborder la prise en compte de l’astreinte ou le rôle particulier du planton.

Mais nous considérons que c’est aussi à vous, adhérents, militaires de l’arme qu’il revient de porter un regard sur ces travaux. Des changements s’opèrent et vous devez avoir l’opportunité d’exprimer une opinion, de porter une espérance et de délivrer un message sur cette fin, possible, des quartiers libres.