Prime au mérite, la pomme de discorde

L’arrêté du 20 mars 2017 modifiant l’arrêté du 11 octobre 2004 portant application du décret n° 2004-1073 du 11 octobre 2004 portant création d’une prime de résultats exceptionnels dans la gendarmerie nationale, rénove la fameuse « prime au mérite ».

Désormais le montant de base est fixé à 100€, auquel peut être appliqué un coefficient multiplicateur entier compris entre 1 et 10.

UNE PRIME INSTAURÉE EN 2002

Pour rappel, la LOPSI 1 de 2002 a fait de la culture du résultat l’outil principal de mesure d’amélioration du service rendu pour les citoyens par les services publics. A cette occasion a été créé une prime de résultats exceptionnels, plus communément appelé « prime au mérite ». Au sein de notre institution et au fil du temps ses conditions d’attributions et sa répartition sont devenus un sujet de discorde annuelle entre militaires.

Bien qu’elle ne soit pas exclusive des récompenses décernées au titre du règlement de discipline générale dans les armées, elle en est devenue la principale référence pour reconnaître le mérite à titre collectif, individuel ou exceptionnel.

Versée annuellement, cette prime récompense, des résultats hors du commun et/ou des services exceptionnels rendus dans l’exercice des missions opérationnelles ou de soutien.

S’agissant des résultats hors du commun, cette prime est censée être basée sur des objectifs. Or, l’action d’un militaire, agent de service public, ne peut se traduire en terme d’objectif.

SUBJECTIVITÉ DANS L’ATTRIBUTION

En effet les indicateurs de référence, notamment le niveau d’engagement, l’activité déployée et les contraintes subies, ne sont ni pertinents ni transparents. Ils sont laissés à la libre appréciation du commandement, qui parfois par manque de courage intellectuel, laisse perdurer en certains lieux une situation de rente.

GENDXXI dénonce fermement la subjectivité dans les conditions d’attribution de cette prime aux résultats exceptionnels et demande à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale d’entamer une série de consultation avec les APNM afin d’identifier des indicateurs fiables et objectifs.

DES PROPOSITIONS POUR AVANCER

GendXXI demande que les bénéficiaires des échelons les plus importants de l’IFR (au-delà des deux premières catégories) soient exclus du dispositif de la PRE (Prime de Résultats Exceptionnels).

Gendxxi propose que, tout comme les récompenses, lettres de félicitations, témoignages de satisfaction, l’attribution de la PRE soit accompagnée d’un laïus faisant état des actions du « méritant »

GendXXI, en accord avec sa ligne directrice consistant à valoriser le travail des militaires de la Gendarmerie les plus exposés, restera attentive à la prochaine attribution de la PRE et dénoncera, le cas échéant, l’iniquité dans son attribution.