Motocycliste en Gendarmerie, une vocation en perte de vitesse…

N’en déplaise à certains, le constat est sans appel. Depuis de nombreux mois, rien ne va plus au sein des unités de sécurité routière de la Gendarmerie Nationale.

La population du gendarme motocycliste est vieillissante. 45 ans d’âge moyen.

Autrefois très nombreux, les volontaires pour suivre la formation de motocycliste forment désormais une « ressource » trop rare. Les postes vacants sont eux bien visibles, y compris dans les régions dites « attractives ». Certaines régions, en pleine crise de recrutement, contactent même directement les volontaires aux Changements de Subdivision d’Arme (CSA) pour faire naître des vocations.

Les missions des unités de sécurité routière ont beaucoup évolué en quelques années. Les personnels doivent, notamment, en faire plus en matière de contrôle de flux, de surveillance des territoires, de police judiciaire.

Les conditions de travail font fuir les plus jeunes et naître un sentiment d’oubli et d’abandon chez les plus anciens : De moins en moins de motocyclettes dans les unités, des véhicules vieillissants, de nombreux problèmes liés à la santé du motocycliste, des « piétons » affectés au sein même des Brigades motorisées…

Durant plusieurs semaines, un groupe de travail, mis en place par la D.G.G.N, a planché sur la problématique des unités de sécurité routière. De ce travail d’analyses et de recherches liées au manque de vocations, sont ressorties des propositions qui devaient faire l’objet d’annonces par le Directeur Général en fin de mois de janvier 2017.

Mais…Rien, silence de l’administration. Aucun élément susceptible de rassurer les personnels affectés en USR (Unité de Sécurité Routière). Au contraire, les informations qui circulent ne peuvent être que démotivantes pour ces militaires engagés au quotidien dans la lutte contre l’insécurité routière.

Pour GendXXI, le motocycliste est un passionné avant tout, il en paie d’ailleurs un lourd tribut chaque année. Il est spécialiste dans certains domaines comme la coordination des transports, et exerce sa passion à longueur de journée. Beaucoup souhaitent à ce jour une véritable reconnaissance et prise en compte de cette spécificité au travers de mesures répondant efficacement à leurs attentes.

GendXXI rappelle, qu’au cours de l’année 2016, 3469 personnes ont été tuées sur les routes françaises soit une hausse de 0,2% pour la troisième année consécutive, une première depuis 1972.

C’est ici que nous devons trouver l’action des USR dans leur combat mené au quotidien, et plus particulièrement celui du motard. Encore faut-il que les moyens et les effectifs suivent !

GendXXI demande à ce que la situation des unités de sécurité routière en général et des motocyclistes en particulier fasse l’objet d’annonces fortes de la part de la Direction Générale.

GendXXI s’engage à suivre particulièrement ce dossier qui touche de nombreux militaires exerçant en USR.