Mayotte – Les gendarmes en première ligne face aux violences et aux grèves

Logo département MayotteDepuis le 30 mars 2016, Mayotte connaît une grève générale ininterrompue. Aucun accord n’est actuellement à l’ordre du jour. Avril 2016 marque le cinquième anniversaire de la départementalisation de cet ancien territoire d’outre-mer.

Les médias métropolitains ne relayent que très peu les événements en cours, particulièrement violents et éprouvants pour les gendarmes engagés. Nous vous proposons de prendre connaissance ci-dessous des informations communiquées par notre délégué GendXXI pour l’outre-mer.

GendXXI salue le travail de nos GD, GM et unités spécialisées qui œuvrent pour le maintien de l’ordre et la protection des populations.

* * *

Les grévistes réclament  »l’égalité réelle » avec la métropole en exigeant notamment l’alignement des prestations sociales et du code du travail sur celui de l’hexagone. Les manifestants, salariés du secteur privé ou du public érigent des barrages et bloquent de nombreuses routes de l’archipel.

Depuis le 9 avril plusieurs nuits de violences opposent jeunes et forces de l’ordre. Certains quartiers présentent des scènes de guérilla urbaine. Mardi soir, la Préfecture a mis en place un dispositif renforcé dans les quartiers de Mamoudzou touchés par ces violences (Mtsapéré, Cavani et Doujani). Ce dispositif a permis de contenir les bandes rivales. Cependant, une centaine de jeunes ont saccagés quelques 85 véhicules.

Toutes les unités gendarmerie de Mayotte (170 gendarmes répartis sur les brigades, SR, PSIG, unités spécialisés et État Major) sont en alerte ainsi que la centaine de gendarmes mobiles en déplacement temporaire. Tous renforcent ponctuellement les services de la Police Nationale, elles aussi sérieusement sollicitées.

Un détachement de 16 gendarmes affectés à la Réunion devraient se rendre sur place pour renforcer les effectifs en complément de véhicules blindés et d’un hélicoptère. Un GPI (groupe de pelotons d’intervention) permanent, similaire à celui de la Réunion, devrait être mis en place dès l’été prochain.

Dans l’optique où le mouvement viendrait à persister, Madame La Ministre de l’Outre-Mer a promis l’envoi de renforts en provenance de métropole. La situation, plus que tendue, fait une nouvelle fois appel au professionnalisme et à l’engagement sans faille de nos camarades, toutes formations confondues.

Joël HAVEZ, délégué GendXXI pour l’Outre-Mer