Le nouvel équipement opérationnel donne satisfaction

NEO, tel est le nom de ce smartphone (ou tablette) déployé au cours de ces dernières semaines dans les unités de Gendarmerie. Ce projet ambitieux vise à fournir aux forces de l’ordre un moyen d’accès aux fichiers et applications métier pour plus d’autonomie et un gain de temps. La Gendarmerie utilise l’acronyme NeoGend pour désigner ce terminal.

Fruit du travail de nombreux intervenants de l’institution, des ministères et d’industriels, Néogend connait un accueil particulièrement enthousiaste de la part des utilisateurs.

En effet, le choix du matériel (Sony Xpéria ou Samsung Galaxy) ne semble pas s’être limité à des considérations financières mais répond à un cahier des charges cohérent. Avec une durée de vie estimée de trois ans il était nécessaire de se doter d’une puissance suffisante dès le déploiement pour anticiper les besoins futurs et le développement de nouvelles applications, toujours plus gourmandes en ressources.

Les fonctionnalités sont plutôt intuitives et de bonne qualité pour des versions initiales. Avec un suivi et un budget permettant de continuer sur cette lancée, le programme NEO va s’imposer rapidement dans le quotidien du brigadier PN/GN.

GendXXI salue cette avancée mais regrette qu’elle ne s’accompagne pas d’instruments de régulation de l’outil numérique ( le droit à la déconnexion ), mesures devant assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale.

NeoGend reste un succès qui mérite d’être souligné.