GR à Marseille – Les oubliés de l’IJAT.

Dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ), un détachement de la Garde républicaine vient de prendre ses quartiers à Marseille. L’installation de nos camarades de la GR a été financée par le département des Bouches-du-Rhône.

Le détachement aura notamment pour mission la sécurisation des lieux de forte affluence et un rôle important de contact avec la population. Le détachement sera employé aussi bien en zone gendarmerie qu’en zone police.

GendXXI se réjouit de cette expérimentation de 6 mois, au profit de la sécurité de la population. Pour autant, nous regrettons que la gendarmerie n’ait pas prise les dispositions nécessaires pour que les personnels de la Garde républicaine puissent bénéficier de l‘Indemnité Journalière d’Absence Temporaire (IJAT).

Les dispositions administratives réglementaires ne permettent pas aux personnels isolés (moins de 12 personnels) de bénéficier de l’IJAT. Le rattachement des personnels de la GR à l’escadron programmé en dispositif de contrôle des zones de sécurité prioritaire (ZSP) sur le département des Bouches-du-Rhône permettrait une ouverture des droits. Au moins pour les périodes où une unité de Gendarmerie Mobile est déployée sur le département.

Les déplacements ne devraient pas se faire au détriment du pouvoir d’achat des familles de militaires. Les familles de nos camarades n’ont pas à assumer le poids financier des déplacements, frais de garde accrus par exemple, sans compensation.

GendXXI a saisi la DGGN, via le conseiller social du DGGN, pour faire évoluer les dispositifs réglementaires. A défaut de réponse satisfaisante de la gendarmerie, L’APNM GendXXI saisira les autorités politiques.

La défense de nos camarades mérite chaque jour notre engagement.