GendXXI saisit les ministres de la Défense et de l’Intérieur de la relégation inconvenante des familles de militaires en terme de revenu moyen

Lettre MINDEF et MININT revenu moyen des familles de militaires 20151214Monsieur le Ministre,

Les dernières données statistiques de l’INSEE prouvent la persistance d’un décalage flagrant du niveau de vie moyen des familles de militaires, par rapport à la moyenne des familles françaises, et plus encore par rapport au niveau de vie moyen des autres agents publics (non militaires). En pièce-jointe, je vous prie de bien vouloir trouver notre graphique d’illustration et notre communiqué public.

Ce décalage est, en outre, en train de s’amplifier en raison de la non-transposition immédiate aux militaires des gains indiciaires enregistrés par les catégories C et B de la fonction publique depuis le début 2015.

Globalement ce niveau de vie moyen insuffisant est d’abord lié à l’inadaptation de la rémunération des militaires du rang et des gendarmes-adjoints, concernant spécifiquement la gendarmerie. Un véritable cadre statutaire adossé à une grille de rémunération améliorée est nécessaire.

Le second facteur principal de décrochage du niveau de vie des militaires est la mobilité géographique imposée à un rythme trop élevé. En effet, elle est un obstacle majeur à l’activité professionnelle régulière et au parcours de carrière du conjoint du militaire. Sans compter un certain nombre d’effets négatifs (loin d’être seulement économiques) liés à ces déracinements permanents du foyer. Parmi les conséquences les plus graves, on mentionnera la plus grande vulnérabilité des célibataires géographiques aux risques psycho-sociaux.

Cette mobilité géographique est élevée au rang de dogme militaire, une véritable « ligne Maginot » – sans que son efficacité opérationnelle soit démontrée. Au contraire, toutes les études démontrent que la clef du succès d’une unité combattante repose sur des phénomènes de groupe dont la force est liée à la longévité et à la cohésion de ce groupe. S’agissant des gendarmes dans leurs missions de sécurité publique, on ne reviendra pas sur l’évidente nécessité d’une parfaite connaissance du milieu et de la population, qui demande des années d’implantation locale.

Les ministères de la Défense comme de l’Intérieur, dépensent donc des millions d’euros chaque année, en faveur de :

  • l’inefficacité des forces ;
  • la baisse du niveau de vie des familles militaires.

GendXXI souhaite, par ailleurs, alerter la Cour des Comptes de cette situation paradoxale. Cependant, nous serions heureux de pouvoir échanger en amont, avec vos conseillers sociaux, sur ces questions importantes pour nos militaires, tout particulièrement dans le contexte actuel de suremploi.

Dans cette attente, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mon profond respect.

Le président de GendXXI
Jean-Hugues Matelly

>>>> Télécharger la lettre au format .pdf <<<<<


ANNEXE

GendXXI Militaires parents pauvres

Les statistiques de l’INSEE sont implacables, le niveau de vie moyen d’une famille de militaire reste nettement en-deçà du niveau de vie moyen des familles françaises, avec un différentiel très important par rapport aux familles de fonctionnaires civils : moins de 24.000 euros pour la famille de militaire, contre plus de 28.500 pour le fonctionnaire et plus de 25.000 en moyenne nationale.

Cette différence, profondément injuste, est liée – entre autres – à la gestion « RH » des gendarmes et des militaires des armées, qui mutant fréquemment le conjoint militaire (pour une efficacité non démontrée), empêchent de fait l’autre conjoint du foyer, de développer une activité professionnelle s’inscrivant dans la durée et offrant ainsi une progression salariale.
De fait, aujourd’hui et depuis de nombreuses années, les « primes » supposées tenir compte des sujétions spéciales des militaires – mais qui ont été en réalité multipliées dans tous les corps de métier et particulièrement dans la fonction publique – ne compensent en rien la perte de revenu et de niveau de vie.
Sous le sapin, il y aura moins de cadeaux pour les enfants de nos militaires, que dans les autres familles.

Et tout cela, bien-sûr, tandis que nos gendarmes, nos soldats sont déployés nuit et jour sans relâche pour garantir la sécurité de tous dans le cadre de l’état d’urgence.