Discours du nouveau Président de GendXXI

Frédéric Le Louette - Président de GendXXI

Frédéric Le Louette
Président de GendXXI

Tout d’abord merci de votre confiance.
J’en suis très honoré.
J’ai pleinement conscience de la tâche qui est désormais la mienne.
Représenter l’association au quotidien et avoir la qualité d’ester en justice au nom de l’association, est une lourde responsabilité.
Vous pouvez compter sur ma loyauté envers les militaires et nos institutions.
Ma détermination pour défendre la condition militaire et les droits des militaires sera sans faille, sans excès mais sans faiblesse.

GendXXI a été fondée par une équipe provisoire qui cède aujourd’hui même, comme elle l’avait prévu, la place à un conseil d’administration élu. Dès cet après-midi, ce conseil d’administration fixera nos grandes orientations pour les 12 mois à venir. Je demanderai au conseil d’administration de se mettre, plus que jamais, au service de la gendarmerie et des militaires de la gendarmerie.

Nous devons être à la disposition de tous les militaires de la gendarmerie quels que soient leur grade et leur fonction. Pour autant ceux qui sont en première ligne sur le front de l’insécurité, de la violence, du crime doivent être mieux défendus. Les personnels des brigades, du terrain, doivent être au cœur de nos préoccupations. Nous nous engagerons, en premier lieu, pour eux. Les plus précaires, les plus fragiles et les oubliés par l’administration, doivent enfin être reconnus à leur juste place : nos GAV, nos CSTAGN mais aussi les OCTA, les officiers sous contrat et les gradés supérieurs et officiers qui se voient injustement exclus de la reconnaissance de leurs responsabilités. Nous nous engagerons également pour eux. Nous ne pouvons pas tolérer que certains soient laissés au bord du chemin quand d’autres avancent.

L’intérêt de la concertation en gendarmerie est évident mais nous sommes tous conscients de ses limites, de ses faiblesses, malgré la belle mobilisation des femmes et des hommes qui s’y investissent. GendXXI, en tant qu’ Associations Professionnelles Nationale de Militaires (APNM) déclarée, nous permet d’être plus efficaces, plus visibles au niveau politique et médiatique. Elle est totalement ouverte aux membres des instances de représentation et de participation et est à leur disposition pour faire progresser la condition militaire. Notre indépendance va nous permettre d’avancer sur des dossiers que la direction générale et les ministères n’ont jamais voulu faire évoluer. Les recours que nous avons déjà lancés et que nous allons lancer dans les jours qui viennent vont faire bouger les lignes, notamment sur le temps de travail. Les droits des militaires de la gendarmerie doivent être respectés. Nous agirons chaque fois qu’il sera nécessaire pour défendre leurs droits : par le dialogue – la voie que nous privilégierons toujours – et par les recours contentieux, lorsque l’administration refuse le dialogue. Le dialogue est nécessaire et doit se faire sans faiblesse.

La gendarmerie est en pleine évolution dans un contexte politique difficile. Nous devons être présents lors des futurs rendez-vous.

C’est tous ensemble que nous allons pouvoir faire évoluer les choses. J’aurais besoin de vous pour les quatre ans à venir. J’ai besoin de vous tous. En retour vous pouvez compter sur ma détermination.

Nous devons faire de GendXXI une APNM forte, responsable et fédératrice.

Une APNM forte pour faire avancer les conditions de travail de l’ensemble des militaires de la gendarmerie. Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons défendre et faire respecter les droits de nos camarades.

Une APNM responsable, pour être un interlocuteur crédible et au fait de la réalité du terrain comme des contraintes de l’administration. Il faut pouvoir tout dire, mais ne pas dire n’importe quoi.

Une APNM fédératrice au sein de la gendarmerie. Nous devons nous attacher à respecter et assister l’ensemble des statuts et leurs problématiques. Tous les personnels doivent pouvoir se reconnaître en nous. Nous devons proscrire le corporatisme. Une APNM fédératrice avec les armées, car nous devons nous ouvrir vers les autres pour préserver notre statut militaire et converser la richesse de notre belle institution.

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour que GendXXI soit un outil efficace. Un outil au service des militaires de la gendarmerie et de l’institution « Gendarmerie Nationale ». Un outil au service des hommes et des femmes qui la servent avec courage et abnégation au quotidien. Une APNM au service des militaires et de leurs préoccupations quotidiennes.

Je voudrais enfin remercier le lieutenant-colonel Jean-Hugues Matelly, sans lequel les libertés fondamentales des militaires n’auraient pas connu de telles avancées, sans lequel GendXXI n’existerait pas. Ses combats de quinze ans ont toujours été en faveur des libertés des autres, de notre liberté à tous. Il est ici, avec nous, et restera fortement mobilisé pour nous épauler. Merci Jean-Hugues. Nous ferons tout pour défendre les valeurs que tu as si bien portées.

Merci pour votre engagement et bon courage à tous.

Le président
Frédéric Le Louette

>>>>> Télécharger ce discours au format .pdf <<<<<