Deux casernes incendiées en deux jours

Le 19/09/2017, la caserne de Gendarmerie de Limoges est victime d’un incendie qui détruit une partie de ses locaux techniques et cinq véhicules. Le 21/09/2017, c’est au tour de la caserne de Gendarmerie de Grenoble de subir le même sort. Les dégâts sont beaucoup plus étendus.

Ces deux sinistres sont rapidement identifiés comme étant d’origine volontaire. Dans les heures qui suivront ces actions de destruction seront revendiquées par la mouvance anarchiste.

GendXXI s’indigne et condamne de tels agissements qui fort heureusement n’ont causé à cette heure qu’un blessé léger à qui nous souhaitons un rapide rétablissement. Il s’agit clairement d’une attaque à laquelle nous devons répondre avec force et détermination.

Notre APNM a déjà pris de nombreuses fois la parole au sujet de nos casernements. Les questions de la vétusté, de l’implantation en zones sensibles et de la sécurité des installations sont au cœur de nos préoccupations. GendXXI s’efforce depuis sa création d’alerter l’opinion mais aussi les pouvoirs publiques sur la situation. Les casernes de Gendarmerie sont des enceintes militaires dites « zones protégées » (art. 413-5 et R644-1 du code pénal).

En raison de leur statut militaire, les gendarmes sont logés par nécessité absolue de service. De fait, il sont tenus d’occuper ces logements. Devant cette obligation et les contraintes qui en découlent, GendXXI demande avec insistance que le gouvernement et les responsables de la DGGN prennent immédiatement des mesures afin de renforcer la sécurité des militaires et de leurs familles.

GendXXI demande la mise en place d’une cellule d’aide psychologique au bénéfice des familles concernées. En effet, les réactions politiques et visites d’autorités ne suffiront pas à estomper la peur qui peut, à juste titre, se lire dans les yeux des conjoints et enfants de nos camarades.

Hasard du calendrier, GendXXI était reçue la semaine dernière par le Directeur des Soutiens et des Finances de la Gendarmerie. Les questions du logement ont occupé une grande partie du temps des échanges. Un montant de 5M d’euros sera alloué en 2018 en vue d’une sécurisation des enceintes. 100M d’euros seront quant à eux dévolus aux infrastructures.

Avec 3797 casernes GendXXI se réjouit de cette avancée mais réclame un engagement financier plus marqué compte tenu du nombre de sites à équiper pour assurer un niveau de sécurité acceptable face aux diverses menaces qui pèsent sur les militaires et leurs proches.